19/11/2021

Ce soir-là, je dépose ma fille à la danse et je reste sur place l’attendre dans la voiture. J’en profite pour avancer sur certaines de mes affaires et pour regarder deux épisodes sur le cerveau des adolescents, notre attention et notre focus.

C’est fascinant tout ce que la science nous permet de comprendre aujourd’hui sur notre environnement, sur nous-même et sur nos comportements.

La séance de danse est déjà terminée.

Sur le chemin du retour, je lui demande de laisser son cellulaire de côté et de prendre du temps pour parler tous les deux. Il nous arrive souvent de papoter tous les deux dans l’auto quand je la dépose ou la récupère du bus.

Elle n’y réfléchit pas deux fois.

Elle commence par me parler de son cours technique qu’elle n’aime pas parce qu’elle « ne voit pas » à quoi ça lui servira dans le reste.

Je lui dis que ça m’arrive aussi. Moi-même, je ne savais pas ce que j’allais faire de ma vie professionnelle il y a 2 ans. Pourtant, j’ai fait tellement de choses, surtout pendant la pandémie, mais avec des résultats qui sont arrivés beaucoup plus tard. La nature fonctionne comme ça quand on sème une graine dans la terre.

Tout ce qu’on fait dans la vie a un impact sur nos décisions et nos actions, parfois tout de suite et souvent beaucoup plus tard.

« Tiens, puisque on parle des choses qu’on n’aime pas, que n’aimes-tu pas chez ton papa ? » lui dis-je avec un petit sourire malicieux.

Deux choses (pour le moment) :

  1. Il ne sait pas s’arrêter en taquinant et ça l’énerve
  2. Il ne répond pas quand elle lui parle parfois et ça l’énerve aussi.

Tout énerve ma fille. A force, je me demande si nous avons la même définition du mot « énervé »

Ok. Je te l’accorde. Et si je te dis maintenant, qu’aimes-tu chez ton papa ?

Un silence, un peu long.

Avez-vous remarqué que notre focus est souvent orienté vers les choses qu’on n’aime pas ? les choses qui viennent nous secouer dans notre zone de confort ?

« La joie de vivre »

Comment ?

« La joie de vivre » me dit-elle.

Ohhh.

En fait, ma question était la graine que j’ai semée et sa réponse a pris le temps nécessaire pour mûrir.

Pourquoi «la joie de vivre » ?

« Parce qu’une personne qui a une joie de vivre c’est mieux qu’une personne qui se plaint de la vie très souvent. Toi au moins tu montres le beau côté des choses et tu m’aides souvent avec ce que tu dis »

Pas de commentaires.

« Eh bien moi, ce que j’aime en toi ma chérie c’est ta personnalité, ta bonne humeur, ta créativité, ta persévérance à toujours obtenir ce que tu veux (même en pleurant). Oui, ça aussi ça marche comme moyen et tu sais très bien l’exploiter sur ton papa ».

Il y a des moments dans la vie où il faut simplement être reconnaissant.

Reconnaissant de ce que nous sommes, de ce que nous avons semé et des pousses qui en sortent.

Il m’arrive régulièrement d’envoyer des remerciements à l’univers pour ces moments tellement uniques.

Je me sens chanceux, bien dans ma peau et surtout bien entouré.

Merci encore.

Habib ABI KHALIL – Conseiller – Coach – Entrepreneur. Je travaille avec l’humain, pour développer les entreprises de demain.

Vous aimez mes articles ? N’hésitez pas à les partager autour de vous aussi. MERCI.

Catégories : DiversEmotionsEnfance

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure locale: 9:56am EST