Chacun de nous a déjà eu l’occasion de l’entendre, voire même déjà eu une discussion avec elle, peut-être même au point de devenir schizophrène et ne plus savoir à qui on parle vraiment.

Je ne vais pas aller jusque là, mais sachez que pour moi, je la considère comme mon intuition, mon moi-même originel, ma vérité enfouie et inexplorée. Je m’explique.

Dans mon dernier job, j’ai eu l’occasion d’échanger beaucoup avec cette petite voix.

Elle voulait que je quitte mon job pour relancer mon entreprise. Elle voulait me montrer qui j’étais vraiment, que ma place n’était pas ici, qu’une mission m’attendait autre part. Mon cerveau, ma raison, ne voyaient pas les choses de cette façon.

Mon cerveau ne voulait pas que je prenne de risques. Il voulait me raisonner. Ma raison préférait la sécurité et le confort. Elle ne comprenait pas pourquoi je n’étais pas satisfait de ce que j’avais.

Je suis arrivé au stade d’un conflit interne avec moi-même, cet autre moi qui a jailli d’un coup et qui veut s’exprimer, se faire entendre. On dirait comme dans ce dessin animé de Tom & Jerry, où tu vois Tom en diable rouge sur son épaule murmurant à son oreille pour le pousser à faire une bêtise, et de l’autre côté, Tom en ange qui le retient pour qu’il reste sur la bonne voie.

Nombreux sont les entrepreneurs qui se sont lancés dans les affaires parce qu’ils ont eu le flair ou le feeling d’une opportunité.

Ils ont senti quelque chose au fond d’eux leur dire que c’est la bonne occasion, quelque chose dans leur corps, pas dans leur tête, qui les poussaient à prendre le risque que leur logique ne comprenait pas encore.

Comme si c’était ta destiné, tu le sais, c’est tout. Ça te pousse et tu suis. Tu verras bien.

Quel entrepreneur ne s’est pas livré à un exercice de questionnement de soi-même, pour essayer de comprendre certaines actions ou décisions : « Qu’est-ce que tu fais ? », « Es-tu sûr de toi ? », « Vas-y, fonce ! », « Crois-moi, c’est ce qu’il faut faire », « Arrête de te poser des questions et agit ! », « Je te l’avais dit ». Un dialogue interne entre l’instinct et le rationnel de l’acquis.

Ma mère sophrologue m’a dit un jour :

« Notre ADN est formé de deux spirales : l’une porte les expériences du passé transmises par nos ancêtres et l’autre la complète avec les expériences du présent à transmettre aux générations futures »

Vous saisissez la profondeur de cette image ? Je trouve ça puissant ! Cette intuition, cet inné, ces expériences transmises dans nos gènes faisant partie intégrante de ce que nous sommes aujourd’hui et qui se complètent avec nos acquis pour devenir l’inné des générations futures. Je suis biologiste mais je ne voyais pas mon ADN sous cet angle.

Récemment, je suis tombé sur des articles qui parlent d’une découverte scientifique : le deuxième cerveau chez l’humain se trouve au niveau des intestins avec des centaines de millions de neurones. Certains scientifiques et médecins avancent même l’indépendance de ce système neuronal allant jusqu’à la prise de décisions dans notre corps sans l’aval du cerveau et parfois à son encontre ! Il aurait même une influence sur nos émotions.

L’anxiété et la peur au ventre, ça vous parle ?

Oh que l’être humain est fascinant et compliqué ! Je suis moi-même un scientifique qui cherche à comprendre et à toujours chercher une explication logique à tout.

Mais, je ne refoule plus cette petite voix en moi, ce sentiment familier mais inexplicable. Elle me pousse à sortir de ma zone de confort, elle me pousse à me découvrir et comprendre les autres par la même occasion. J’apprends à l’écouter. Je l’appelle mon intuition. Je lui fais confiance.

Cette voix n’est pas votre ennemi. Elle n’est pas une inconnue. Elle est VOUS. Laissez la s’exprimer. Écoutez la. Elle peut vous être d’un très bon conseil.

Elle peut même tracer le chemin à prendre pour votre cerveau, osez là où votre raison ne vous laisse pas vous aventurer. Nourrissez la. Laissez la prendre sa place et laissez vous surprendre par ce que vous êtes capable de réaliser.

Proverbe amérindien : un vieil homme explique à son petit-fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l’amour et la gentillesse, le deuxième représente la peur, l’avidité et la haine. « lequel des deux loups gagne ? » demande le petit-fils « celui que l’on nourrit ! » répond le grand-père.

Habib ABI KHALIL – Conseiller – Coach – Entrepreneur. Je travaille avec l’humain, pour développer les entreprises de demain.

Vous aimez mes articles ? N’hésitez pas à les partager autour de vous aussi. MERCI.


2 commentaires

Pierrette Lambert · 9 novembre 2020 à 21h01

C’est vraiment une belle façon de voir les choses! Merci de me rappeler ce beau proverbe amérindien!

    habib · 9 novembre 2020 à 22h05

    C’est un proverbe que je me rappelle régulièrement quand je dois prendre des décisions ou faire des choix dans ma vie. Lequel des deux loups je nourri au moment de le faire.

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure locale: 9:24am EST